INTRODUCTION

 

Le travail de Raymonde De Bolle réfère aux principes essentiels de la sculpture. Au centre de ceux-ci, on retrouve les éléments fondamentaux: choix des matériaux, des mesures, des volumes, des formes et du travail de la pierre.

Chaque nouvelle pièce est la  rencontre avec une substance originale: marbre belge Rouge Royal, portugais ou italien, onyx turc…

Les caractéristiques intrinsèques de chaque pierre, e.a. la couleur et la composition, sont employées de manière optimale et mises en relation avec les mesures et le volume de l’œuvre.

La taille directe a, en soi, une qualité dramatique, irrévocable et donne aux sculptures de Raymonde De Bolle une authenticité véritable. Faut-il rappeler qu’en taille directe, il est impossible pour le sculpteur de modifier ou de corriger le travail déjà effectué tandis qu’en modélisme, l’artiste peut à tout moment changer d’idées et effectuer des modifications sur l’œuvre en devenir.

Face à l’œuvre de Raymonde De Bolle, on découvre que son traitement de la forme se raccroche à la tradition artisanale. Si de prime abord, son travail peut sembler se limiter à la taille, au sciage et au percement de la pierre, en fait, on recule dans le temps vers le langage figuré de Stonehenge dans le Sud de l’Angleterre ou des Dolmens de Carnac en Bretagne.

Autrement dit, à une époque où l’art n’est souvent que le miroir d’une culture de masse évoluant rapidement, les sculptures de Raymonde De Bolle possèdent, au contraire, la qualité d’être intemporelles et, donc, de ne pas se limiter à la mode du moment.

Octave Scheire
Historien d’art